⬜️Caroline Brémaud : Une Voix Qui Retentit au Sein de l’Hôpital Public, démise de ses Fonctions de Chef de Service. 🟦

En première ligne pour dénoncer le manque de moyens au sein des urgences de Laval, Caroline Brémaud se trouve aujourd’hui au cœur d’une controverse suite à sa récente destitution de ses fonctions de Chef de service, bien qu’elle reste salariée de l’établissement… Une décision qui laisse perplexe notre collectif d’usagers de l’ACCDM, Cette mesure a poussé notre collectif à lancer une pétition de soutien, exprimant notre incompréhension face à une décision que nous percevons comme une mise à l’écart injuste.
Caroline est une figure centrale, mettant en lumière les défis auxquels sont confrontées les urgences de Laval et dénonçant publiquement les lacunes en termes de ressources. Son travail remarquable et son engagement en faveur de la santé publique ont été appréciés par de nombreux usagers.
La destitution de son poste de Chef de service soulève des interrogations légitimes quant aux motifs derrière cette décision. Pour notre collectif, il est difficile de ne pas percevoir cette démarche comme une tentative de faire taire une voix critique au sein de l’hôpital.
La délégation CGT de l’hôpital a également exprimé son désaccord avec la méthode de la direction, déplorant le manque de transparence. La tâche qui attend le successeur de Caroline Brémaud, qui devra gérer à la fois les urgences, le service du SAMU et du SMUR, est immense. Bien que son successeur soit reconnu comme un excellent médecin, cette transition soulève des préoccupations quant à l’impact sur l’hôpital public et l’accès aux soins.
Dans un communiqué, la direction justifie sa décision, mais cette explication ne suffit pas à dissiper les inquiétudes légitimes de notre collectif et de la délégation syndicale. Le Maire de Laval, président du conseil de surveillance, se dit vigilant sur la liberté de parole des médecins, notamment des médecins urgentistes, et soutient le droit de Caroline Brémaud à s’exprimer.
Cependant, le syndicat FO interprète cette mise à l’écart comme une stratégie visant à réduire au silence les opposants au projet de réorganisation des urgences dans le territoire mayennais.
Le débat prend une nouvelle dimension avec les récentes apparitions médiatiques. Retrouvez le reportage sur France 3 avec notre représentant Denis Roth dans l’édition du Mardi 5 Décembre au journal régional. Notre Président de l’ACCDM, Maxime Lebigot, a également partagé son point de vue sur CNews à 7h40 ce Mercredi 6 Décembre. Ces interventions soulignent l’importance de la situation, appelant à plus de transparence pour garantir la qualité des soins de santé.
En conclusion, cette affaire met en lumière la nécessité de préserver la liberté de parole des professionnels de la santé et soulève des préoccupations majeures quant à l’avenir des services d’urgence dans la région. Le débat autour de cette décision s’intensifie, et il est essentiel que toutes les parties soient impliquées dans une discussion ouverte et transparente pour assurer la qualité et l’accessibilité des soins de santé pour tous. 

Signez cette pétition :