L’ACCDM auditionnée à l’Assemblée Nationale

Ce mardi 9 novembre, l’ACCDM était auditionné à l’Assemblée Nationale dans le cadre d’une proposition de loi pour lutter contre les Déserts Médicaux.

Petit retour par Dr LEVISSE Pierre, notre responsable de l’Antenne du Nord


Tous les invités étaient présents ainsi que la Députée de LREM du Loiret Mme Stéphanie RIST de la commission des Lois pour le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, rapporteuse du PFSLSS adopté pour 2022.

Le député avait auditionné avant nous les Syndicats de Médecins (tous?) et après nous visio conférence avec les représentants des internes et Jeunes Médecins…

L’ACCDM pour l’égalité d’accès aux soins !

Le Député Jumel (auteur de la proposition) nous a déclaré qu’il profitait d’une « des rares fenêtres de Tir » laissé par la Majorité à l’opposition, et que c’était la dimension sociale  qui l’intéressait avec l’assentiment des présents à la réunion.

La PPL bénéficie donc d’un intérêt partagé, avec même surveillance  de la part du Pouvoir par la députée RIST. Elle a  bien pris note de la présence de l’ACCDM quand j’ai dit que la suppression du Numerus Clausus national  était un jeu de passe-passe (j’ai utilisé le mot de Mensonge !) quand on sait qu’il  est transféré aux régions sans moyens associés.

Elle m’a repris là dessus en disant que des moyens y étaient associés  sans me dire lesquels et sans préciser les canaux utilisés. J’ai profité, en aparté en fin de réunion avant de partir,  avec le député JUMEL pour préciser qu’une régionalisation pilotée par les ARS, c’était une fausse régionalisation puisque les ARS  sont l’émanation administrative du Ministère de la Santé (Parisien!)

Un point positif c’est la non remise en question d’emblée, du conventionnement sélectif (ou modulé ou favorisé..) mais il sera difficile  de remettre en question les avantages acquis (Secteur 2 extrêmement majoritaire sur Paris et les grandes Métropoles) sauf peut-être un conventionnement conditionnel en secteur 1 obligatoire à l’installation pour les jeunes Médecins pour  une période ? De toute façon le Secteur 2 est déjà fermé par la CNAM…

Autre point positif l’idée de faire la dernière année d’internat (en place ou à ajouter au cursus existant…) pour constituer un corps de « Docteurs Juniors » allant exercer en zones sous-dotées. Par contre  cette bonne idée (soutenue par France Assos) doit être lourde à mettre en place avec l’accord des Universités ! alors que c’est meilleure des solutions d’urgence.

Nous devons travailler pour les 9 millions de SDF de la Santé !

Ne nous faisons  pas d’illusions les Lobbies (surtout Parisiens) travaillent d’arrache-pied à ce que rien ne change..

A nous de contre balancer et de défendre les 9 millions de Français sans médecin !